L’histoire de James Imbai

Dans le bulletin de janvier, il y a déjà eu un message concernant James et son hospitalisation après le déclenchement d’un incendie dans sa maison.
Nicholas, Madeline et Geoffrey, les personnes impliquées dans la fondation au Kenya, ont rendu visite à l’hôpital à lui et à sa mère Mary et ont écrit l’histoire suivante: L’incendie du 16 janvier, Mary Agiza reçoit un appel téléphonique de ses voisins pendant son travail l’informant que sa maison avait été brûlée.
La porte était fermée à clef et il était fort probable que James n’étant pas capable de sortir avait cherché refuge sous le lit.
En ce jour fatidique, James n’est pas allé à l’école puisqu’il était malade.
Sa mère Mary l’a laissé dormir et a quitté son fils avec son ex-mari (également le père de James) et sa tante Elizabeth.
A l’hôpital, des questions sans réponse sur la cause de l’incendie, la raison pour laquelle la porte était fermée et où se trouvaient son ex-mari et Elizabeth, Mary a veillé à ce que son fils vienne à l’hôpital et raconte lui-même l’incident à la Fondation EBOO.
James a été admis à l’hôpital St. Mary, un hôpital privé géré par l’Église catholique située à la périphérie de Kibera.
James était inconscient pendant les 7 jours qui ont suivi son admission à l’hôpital.
Le 22 janvier, James a été transféré à l’hôpital Kenyatta pour des soins spécialisés où il a été admis aux soins intensifs. Il est resté inconscient pendant deux semaines.
Petit à petit, James fut joyeusement conscient et, grâce à la kinésithérapie, il put de nouveau bouger la tête, ouvrir les yeux et répondre un peu aux autres en les saluant d’un large sourire.
Sa mère pouvait lui donner de la nourriture liquide n’ayant plus besoin d’une alimentation par sonde.
Cependant, le reste de son corps demeurait paralysé et il était pour lui indispensable de porter des couches.
A l’hôpital Kenyatta la mère et le fils partageait la nuit le même lit.
Leurs seuls biens se limitaient à des vêtements donnés qui se trouvaient sous le lit d’hôpital.
Mary ne s’est pas éloignée du lit de son fils depuis le 16 janvier.
Elle n’a pu travailler et ainsi a perdu son emploi.

Qui paye?

Quand James a été autorisé à quitter l’hôpital, les problèmes de paiement de la facture de l’hôpital sont survenus.
Ils n’ont pas été autorisés à quitter l’hôpital avant que la facture de KES qui s’élevait à la somme de 126 000 € / 1 000 €.ne soit réglée. Ils n’étaient pas les seuls à être retenus à l’hôpital; une autre mère a été détenue pendant 7 mois pour factures impayées.
Chaque jour supplémentaire d’hospitalisation coûte KES 2000 (= 20 €).
En revanche, ainsi ils pouvaient bénéficier d’un toit au-dessus de leurs têtes, des soins de kinésithérapie ainsi que de la nourriture.
Le seul danger était une éclosion d’infection.
Mary ne bénéficiait d’aucun revenu du fait de son licenciement et a donc fait appel à la famille et aux amis pour rassembler des fonds afin de pouvoir payer la facture.

Compte supprimé

Après une longue période, toute la facture de l’hôpital a été annulée.
Mais où sont allés Mary et James? Ils n’avaient plus rien.
Leur maison avait été rasée et tous leurs biens brûlés.
La sœur de James, âgée de 11 ans, Lucy, a emménagé chez sa tante Jennifer durant la période d’hospitalisation ensuite Mary et James s’y sont également réfugiés.
Ils vivent tous là dans un appartement d’une pièce, Jennifer, Mary et les deux enfants. Jennifer est elle aussi une mère célibataire.
James ne sera plus jamais le garçon joyeux et joueur qu’il était.
Il a inhalé une forte concentration de monoxyde de carbone ce qui peut avoir causé des lésions cérébrales permanentes.
Seul avec le temps s’avèrera l’importance des dégâts causés.

Qu’est-ce qui est nécessaire?

Kinésithérapie: James continuera à avoir besoin de kinésithérapie.
Une grande amélioration de son état a été constatée durant les 20 derniers jours. Il doit également subir un examen spécialisé afin de déterminer le niveau de détérioration.
En outre, sa mère devra être formée pour prendre soin de lui d’une manière adéquat;

Hébergement: Mary n’a pas de maison.
L’endroit où se trouvait sa petite hutte appartient au grand-père de James où elle n’avait pas de frais de location.
Elle aura besoin d’aide pour construire une autre maison;

Le contenu du ménage: la famille a tout perdu dans l’incendie.
Elle aura besoin d’aide afin de rassembler des articles ménagers tels que des meubles, des vêtements, des livres, des ustensiles de cuisine, etc.

Moyens de subsistance: Marie a besoin d’un certain soutien jusqu’à ce qu’elle puisse se relever.
Elle doit avoir la possibilité de travailler à domicile pour pouvoir continuer à veiller sur son fils.

Éducation: les familles de la Fondation EBOO doivent être informées des services fournis par le National Hospital Insurance Fund (NHIF).
Le NHIF est une assurance maladie sociale d’un coût de 500 KES par mois (5 €) qui garantit que les services hospitaliers deviennent abordables pour les Kenyans.
Cela nécessite un engagement à payer cette somme.

Conseils du Kenya
Bien que la Fondation EBOO souhaite soutenir financièrement la famille, les personnes impliquées au Kenya, Conseil néerlandais de la Fondation EBOO, lui ont conseillé d’attendre maintenant.
Si nous déposons «trop tôt» l’argent, les agences gouvernementales et les églises du Kenya risquent de se retirer de leurs responsabilités.
Nous espérons qu’ils aideront la famille de James, mais il faut surveiller cela de près.

L’histoire de Julie Kerubo

Avant l’histoire de Julie:
Le rapport médecins / patients établi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est de 1: 1000.
Au Kenya, ce ratio est actuellement de 1: 17 000.

Cette histoire parle de Julie Kerubo, une étudiante de quatrième année à l’Université Jomo Kenyatta et qui travaille à son baccalauréat afin d’obtenir un diplôme d’infirmières.
Elle raconte sa vie et comment son rêve d’enfance d’être infirmière est devenu réalité:
« Je suis la plus âgée d’une famille avec deux enfants.
J’ai eu l’opportunité de vivre à Nairobi et à Kisii.
La vie en ville et la vie en zone rurale sont très différentes et ne peuvent pas être comparées (pas en termes d’éducation et non plus quant aux soins médicaux).
Quand j’avais environ douze ans, ma mère est tombée malade et j’ai été envoyée à la campagne.
J’ai vécu à Kisii pendant deux ans où ma bien-aimée tante Ruth a pris soin de moi.
Ici, je me suis inscrite à l’école primaire Rangeti de l’école locale pour y obtenir mon certificat de fin d’études primaires.
Mes notes étaient très bonnes, 374 points (sur 500).
Pour quelqu’un d’une école rurale, c’était une grande réussite.

Ma tante Ruth, qui a payé mes frais de scolarité, a traversé des moments difficiles et n’a plus pu les payer pour moi ni pour ses propres enfants.
C’est pourquoi j’étais très souvent absente à l’école.
Quand j’ai commencé ma troisième année au lycée, ma tante Ruth m’a renvoyée auprès de ma mère.
Ma mère allait mieux et elle pouvait à nouveau faire des petits boulots pour subvenir à ses besoins et à ceux de ma petite sœur.
J’ai commencé à prier qu’un miracle se produise et qui m’offrirait la possibilité de continuer ma scolarité.
Un oncle a alors offert de payer la moitié de mes frais de scolarité si mes parents payaient l’autre moitié.
C’était un grand soulagement pour moi.
Ils m’ont inscrit dans une école à Nairobi où je pouvais commencer la troisième année.

Finalement tout est entré dans l’ordre! À ma nouvelle école, les enseignants sont entrés en classe et ont donné un véritable enseignement; l’école avait des laboratoires bien entretenus et une bibliothèque bien garnie (comme celle d’EBOO).
Mon bonheur fut de courte durée lorsque, trois mois plus tard, mon oncle tomba malade et mourut.
Quel moment de frustration pour ma mère et moi quand aux funérailles de mon oncle à Kisii, un cousin de ma mère de Kibera lui a dit « Mama Mzungu » (ce qui signifie «femme blanche»).
Nous sommes retournés à Nairobi, nous sommes inscrites à la Fondation EBOO au Kenya qui nous a intégrées ma sœur et moi au programme.
Cela m’a donné encore l’opportunité de poursuivre mes études.
J’ai plusieurs raisons de choisir ce métier:

J’ai constaté que plusieurs personnes du village sont mortes de maladies simples dues à une mauvaise manipulation par le personnel médical;
J’avais vu que ma propre mère quand elle était malade avait été mal soignée ;
J’ai vu mourir mon oncle d’une maladie qui aurait pu être traitée;
J’ai expérimenté combien ma grand-mère avait souffert d’un trouble neurologique pendant de nombreuses années sans être aidée.
Après avoir terminé ses études secondaires en obtenant un «B» à l’examen national, Julie est allée étudier à l’Université Jomo Kenyatta.
« Cela a été rendu possible grâce à l’aide de la Fondation EBOO au Kenya.
Je souhaiterais poursuivre mes études afin d’obtenir également la maîtrise et devenir pédiatre et devenir instructeur en soins infirmiers à temps partiel!
Julie est allée à l’université en 2013.
La vie n’était pas aussi facile qu’il n’en paraît: «Je travaille très dur.
Si je loupe mes examens, je dois refaire une année entière.
Les notes moyennes étaient encore acceptées à l’école secondaire, mais à l’université, les notes moyennes sont égales à de très mauvais résultats.
Julie dit qu’elle n’a pas beaucoup de temps libre, parce qu’elle doit beaucoup travailler pour obtenir des notes élevées.
Dans l’une des lettres dans laquelle elle sollicitait le soutien de la Fondation EBOO au Kenya, vous avez écrit qu’elle avait toujours espéré devenir médecin.
« Je prie souvent Dieu qu’un jour je sois un médecin capable de faire apparaître un sourire sur le visage de quelqu’un.
La meilleure chose qui puisse arriver dans un hôpital, est qu’un patient guérisse et revienne vous remercier des bons soins.
Si j’avais de la chance, j’aimerais travailler dans un hôpital pour enfants.
C’est mon souhait.
Dans mon cœur, je dois à ma grand-mère malade de pouvoir la soigner gratuitement, comme toutes ces autres personnes qui ne peuvent pas payer elles-mêmes les soins médicaux appropriés.
La devise de Julie: « Rien n’est impossible, il ne faut jamais abandonner et toujours persévérer dans le combat même quand c’est le plus difficile » « A EBOO je veux dire: » Je tiens à vous remercier de la place que j’occupe à présent.
Je suis reconnaissante de l’opportunité qui m’a été donnée de poursuivre mon rêve.
J’espère que l’équipe d’EBOO au Kenya verra les «fruits» de leur travail acharné quand j’aurai réussi mes études.
Ensemble, nous pouvons le faire! Oui nous pouvons le faire! « 

Fermer le menu